Un stage en micro finance : entretien avec trois stagiaires du lycée

Vous êtes-vous déjà demandé ce que ce serait de faire un stage dans le domaine de la micro finance ? Eh bien, ne réfléchissez plus! Trois stagiaires fantastiques d'Allemagne ont terminé leur séjour avec nous il y a quelques semaines et ont gentiment passé quelques minutes à partager leurs expériences avec nous ! Ils ont passé quatre semaines à travailler et à vivre dans une communauté très rurale du village de Solola au Guatemala et ici ils nous racontent comment c'était !

Bonjour! Bienvenue à Santa Lucia ! Merci d'avoir pris le temps de nous parler! Tout d'abord, comment était-ce ?

Groupe de stagiaires avec du personnel au Guatemala
Ole, Moritz et Emely avec leurs certificats d'achèvement

Emely : C'était incroyable ! Meilleure expérience jamais!

Mortiz : Oui ! Je suis d'accord!

Qu'est-ce qui vous a poussé à rejoindre notre programme ?

Emely : Notre école propose un programme d'études à l'étranger et bien qu'il existe des options partout dans le monde, nous avons choisi le Guatemala pour apprendre l'espagnol et découvrir une culture différente.

Moritz : Et nous l'avons certainement fait !

Ole : Le programme de micro-finance nous intéressait également beaucoup, donc c'était la solution idéale !

Ahh, c'est super ! Pouvez-vous me dire à quoi ressemblait votre journée moyenne ?

Deux adultes et deux enfants assis et mangeant ensemble
Ole et Emely avec les enfants de leur famille d'accueil à Solola !

Moritz : Eh bien, nous nous levions à 7 h du matin… eh bien Ole et moi… Emely… un peu plus tard… Le petit-déjeuner était à 7h30, un repas savoureux composé de haricots, d'œufs et de tortillas en général, parfois de céréales, parfois d'autre chose.

Emely : Après cela, nous allions au projet vers 8 h du matin et nous y restions jusqu'à 17 h. Là, nous allions voir des clients, lire des plans d'affaires et de marketing ou écouter leurs histoires et leurs problèmes. Nous avons tellement appris ! À 17 heures, nous rentrions à la maison pour le dîner, un moment de détente puis au lit !

Quelles entreprises avaient-ils locaux?

Moritz : Beaucoup de tortillarias (magasins de tortillas), textiles, artisans, magasins, fermes et entreprises de couture.

Deux volontaires buvant de l'eau de coco fraîchement sortie de la noix de coco
Ole et Moritz dégustant de l'eau de coco fraîche

Y avait-il des choses à faire dans le village ?

Moritz : Non, mais nous serions tellement fatigués que nous nous coucherions à 20h30 !

Emely : Un soir, nous avons trouvé un petit café et nous y sommes allés plusieurs fois. Nous jouions aux cartes avec les enfants, ils adoraient ça, jouaient au football ou au basket-ball et cuisinions le dîner avec la famille.

Ole : Le week-end, nous avons visité Panajachel à quelques reprises où nous avons séjourné avec une autre famille recommandée par INLEXCA. Nous sommes aussi allés à Xela, Chichicastenango et nous sommes allés dans quelques villages sur le lac Atitlan.

Emely : Nous sommes aussi allés à l'église un week-end aussi. L'après-midi pendant trois heures !

Comment était la famille ?

Mortiz : Le père a travaillé très dur, il est parti à 4h du matin et est rentré à 21h. La maman travaillait aussi mais elle était à la maison à 18 heures pour être avec nous et sa famille.

Ole : Les enfants étaient super ! Nous avons beaucoup joué avec eux, ce qui était amusant.

Emely : La famille était si gentille et arrangeante, ils nous ont toujours aidés pour tout ! Les enfants ont détesté les légumes !

Quelle est la seule chose qui vous a fait penser "Ouais, je ne suis pas en Allemagne maintenant !"

Trois personnes mangeant des guimauves sur Pacaya
Ole, Moritz et Emily dégustant des guimauves qu'ils ont grillées sur le volcan Pacaya

Mortiz : Une nuit, alors que nous étendions nos vêtements à sécher sur le toit de la maison et que quelqu'un a allumé un feu d'artifice à proximité, les braises atterrissaient sur le toit, juste à côté de nous !

Emely : En escaladant un volcan actif, je me suis juste dit, wow, je ne suis définitivement pas en Allemagne maintenant !

Ole : Laver nos propres vêtements à la main, je n'ai jamais fait ça avant ! Oh et une douche au seau à Santo Tomas ! Nous devions les prévenir la veille si nous voulions une douche et ils chaufferaient l'eau pour nous sur le poêle!

Moritz : Les bus ! En Allemagne, tout est programmé à la minute près, mais ici, vous montez dans n'importe quel bus dans lequel vous êtes poussé, il n'y a pas d'horaire, vous montez juste en espérant qu'il aille là où vous voulez aller ! Le plus fou, c'est que ça a toujours fonctionné ! Cela a l'air tellement désorganisé mais ils nous ont toujours amenés là-bas!

Ole : Les glucides ! Manger des pâtes et des tortillas dans le même repas était dingue !

Quel a été votre moment fort ?

Vue d'un quai sur le lac Atitlan
Le quai d'une petite ville sur le lac Atitlan au crépuscule

Mortiz : Tout ! C'était une si belle expérience ! Je ne changerais rien. Cuisiner sans aucun ustensile était également amusant et une expérience !

Emely : Ouais, tout sauf j'adorais Pacaya, c'était incroyable. Et la gentillesse des gens du village et de Panajachel ! Nous nous sommes assis dans un café une fois pendant trois heures à bavarder avec les gens !

Ole : Le voyage à Xela était super ! Aller aux sources chaudes..vraiment sympa !

Mortiz : Le dernier jour, nous avons fait un gâteau allemand pour tout le monde au projet pour dire merci ! Juste avant que nous allions le servir, ils nous ont appelés et ils avaient organisé une soirée pizza, ils nous ont offert des cadeaux, juste pour dire merci.

Trois volontaires se tenaient avec le lac Atitlan derrière eux
Emely, Ole et Moritz avec le lac Atitlan derrière eux profitant du coucher de soleil !

Que vas-tu manquer ?

Emely : Les gens. Nous n'avons aucun moyen de rester en contact avec les gens et ils étaient tous si merveilleux.

Si vous êtes intéressé par un stage chez nous au Guatemala, au Costa Rica ou au Nicaragua, veuillez suivre ceci lien.

Université Culver Stockton

[h4a]"Une fois que la punaise des voyages a mordu, il n'y a pas d'antidote connu, et je sais que je serai heureux d'être infecté jusqu'à la fin de ma vie." – Michael Palin[/h4a]

Groupe d'étudiants dirigé par la faculté
Voici tout le groupe lors de leur journée d'orientation!

Nous avons eu le plaisir d'accueillir un groupe d'étudiants universitaires lors d'un voyage dirigé par des professeurs au Guatemala ce mois-ci ! Avec une visite éclair à travers le Guatemala puis au Belize, ce groupe s'est arrêté quelques jours avec nous pour passer du temps et profiter de certaines des choses fantastiques du Guatemala!

Groupe d'étudiants en cours d'espagnol
Étudier en cours d'espagnol en groupe

Quand ils sont arrivés, nous les avons emmenés à leur hôtel à Antigua et leur avons donné une orientation de la ville et notre plan pour eux au cours des prochains jours ! Ils ont ensuite suivi des cours d'espagnol dans une école partenaire locale à Antigua, appréciant d'apprendre quelques phrases importantes pour leur séjour.

Groupe de personnes assises à une table prêtes à manger
Prêt à profiter de leur travail acharné !

Le lendemain, nous les avons emmenés faire une visite guidée d'une ferme de café locale à Antigua où ils ont tout appris sur la fabrication du café, l'une des plus grandes exportations ! Après cela, ils sont allés dans une école de cuisine locale et ont cuisiné l'un des meilleurs plats locaux du Guatemala - Pepian ! Ce qui est génial, c'est qu'une fois qu'ils l'ont fait cuire, ils ont pu goûter le délicieux plat du dîner, en savourant le repas sur lequel ils avaient tant transpiré !

Groupe d'étudiants et d'enfants locaux assis en cercle jouant
Les élèves jouent à des jeux avec les enfants !

Après avoir expérimenté certaines des meilleures activités d'Antigua, ils ont été invités à l'un de nos projets locaux à Santo Tomas Milpas Altas. C'est un projet qui fournit un repas quotidien sain aux enfants qu'il dessert ainsi qu'une aide éducative et un endroit où les enfants se sentent en sécurité et jouent pendant un moment ! Ici, ils ont réalisé des activités planifiées et joué avec les enfants pour la journée !

Groupe d'étudiants en cours d'espagnol
Les étudiants profitent de leurs cours d'espagnol en groupe !

Comme je l'ai dit, c'était une visite éclair, donc après une autre journée à Antigua, manger dans des restaurants locaux, suivre des cours d'espagnol supplémentaires et profiter de ce que la ville a à offrir ! Nous avons apprécié un dernier repas d'adieu avec eux et les avons emmenés en toute sécurité sur leur prochain jour de voyage - au Belize !

Groupe d'étudiants riant avec des enfants
Pratiquer leur espagnol avec les enfants du projet

Ce fut un plaisir absolu d'accueillir le groupe de l'Université Culver Stockton, de montrer ce beau pays et tout ce qu'il a à offrir ! Si vous souhaitez nous parler de votre propre voyage personnalisé, dirigé par le corps professoral, veuillez jeter un coup d'œil ici pour plus d'informations.

Groupe d'étudiants comptant des bonbons
Compter les bonbons pour les piñatas !

L'incendie du diable

Chaque année, le 7e En décembre, dans tout le Guatemala, des villes placent un diable sur une pierre et la brûlent jusqu'à ce qu'il ne reste plus que des cendres. À Antigua Guatemala, la ville la plus grande et la plus proche de notre base de volontaires, ils placent leur diable entre deux stations-service, à la périphérie de la ville et les gens se rassemblent à 18 heures et regardent le diable brûler.

Alors que les étals du marché se remplissent de diables en papier mâché que les familles peuvent brûler dans leurs maisons, et que le bourdonnement de la ville tourne autour de l'incendie du diable, je me demande pourquoi ? Pourquoi brûler un diable ? Pourquoi à cette date ? Et, pourquoi entre deux stations-service ? (Je ne sais pas si je peux répondre à cette dernière question !)

La tradition de brûler le diable est une vieille tradition en prévision de l'Immaculée Conception de Marie, la patronne de la ville de Guatemala. Autrefois, ceux qui en avaient les moyens décoraient les façades de leurs maisons avec des lanternes. Ceux qui ne pouvaient pas commencer à ramasser les ordures et les brûlaient devant leurs maisons. Une tradition qui s'est développée dans la combustion du diable pour ouvrir la voie à la fête, brûlant toutes les mauvaises choses de l'année précédente.

Cette année, les choses sont un peu différentes à Antigua. Déçu par la nouvelle maire qui a pris le contrôle de la ville cette année, le diable a été transformé en diablesse (La Diabla) et a été habillé pour lui ressembler, l'idée étant qu'ils peuvent montrer leur mécontentement de ses décisions au sein du gouvernement local en la brûlant. Cela semble un peu dur vous ne trouvez pas ?

Cependant, démon féminin ou masculin, à 18 heures à travers le Guatemala, des démons brûleront dans toutes les petites villes, ouvrant la voie à Marie et à une nouvelle année !